Cette semaine sera caractérisée par la grève de « campesinos » d’Andahuaylas !!!

Lundi 07 :

            Ce matin là, je me suis rendu à l’école mais seule l’auxiliaire était présente. Les autres profs ne peuvent pas venir à l’école car toute la route est bloquée avec des pierres. Aucun enfant ne viendra non plus. J’en profiterais pour bosser sur une activité.

La grève continue jusqu’à qu’un accord soit trouvé.

Je peux quand même ouvrir la bibliothèque l’après-midi car celle-ci se trouve dans les locaux de Munay Wasi et les enfants, qui y viennent, habitent dans ses environs.

Le soir nous irons manger à l’Anticuccho.

Mardi 08 :

            Toujours pas classe. Je me demande comment tous les enfants le savent car aucun n’est venu… Il fallait juste penser à une invention bien connue : la radio…lol.

J’occuperais donc ma journée à peindre « l’aldea infantil » (orphelinat) avec d’autres volontaires, qui est à 15 min de Munay Wasi à pieds. Cette structure accueille des enfants âgés de 0 à 16 ans, tous orphelins. Il y a 8 « casas » avec 1 « mama » et 10 enfants. L’objectif de cette structure est de recréer une ambiance familiale et un quotidien pour ces enfants qui n’ont plus aucun repère.

Ponçage, dégager les angles, rouleau, plaintes sont au programme…

DSC01921 DSC01923

Le contact avec ces enfants est plein de bonheur. Ils avaient des étoiles dans les yeux de voir que nous venions juste redonner des couleurs à leur maison. Ils nous ont même aidés avec plaisir. Dans la journée, quelques petits jeux se sont imposés avec ces enfants âgés seulement de 3 à 11 ans.

Mercredi 09 :

            Toujours pas de classe. Cette fois-ci je m’étais tenu au courant au bar du Capuccino la veille.

Nous irons une nouvelle fois à « l’aldea infantile » pour terminer notre travail. Arrivé là-bas, nous avons la surprise de trouver toutes les chambres vides (au nombre de 4) et les matelas entassés dans la pièce principale (repeinte la veille). Le directeur voulait que nous repeignions les chambres. Il était prévu que nous fassions la cuisine. Comme nous n’avions pas assez de peinture, il voulait qu’on la dilue à l’eau (oui mais comme ça plusieurs couches auraietn été nécessaires ;)). Nous en resterons au projet initial de la cuisine.

DSC00696

Jeudi 10 :

            La grève étant annoncée jusqu’au lundi, il n’y évidemment pas école !!!

Le matin sera consacré à la réalisation de livres pour la bibliothèque. Heureusement que je peux ouvrir la bibliothèque l’après-midi pour que les journées passent plus vite.

DSC00680

Le soir, j’aurais un bref aperçu des mouvements de grèves car j’ai été sur internet. Après être sorti du cyber, je me suis retrouvé dans la rue et j'entendais des coup de feu, pas très rassurant tout ça. En rentrant à pied (car pas de moto taxis), je me suis retrouvé en contre courant d'un mouvement de foule qui criait "policia". Après avoir demandé à un "mama" se qui se passait elle m'a expliqué qu'il y avait la police qui arrivait (tout ça en courant lol). J'ai effectivement vu un "mur" de policiers qui arrivait en face de moi. J'ai donc emprunté un chemin parallèle pour rentrer à la "casa". En chemin, toutes les lumières des rues se sont éteintes (de mieux en mieux). Heureusement ce soir là c'était la pleine lune et donc je voyais comme en plein jour.

Rentré à Munay Wasi, j'apprendrai par des volontaires qui étaient au centre ville que se fut un peu mouvementé dans certaines rues. Affrontements entre policiers et campesinos, maison en feu... Heureusement la casa de Munay Wasi est excentré et nous ne risquons pas grand chose. Ne vous inquiètez pas !!!

La soirée se fera sans électricité, à la lumière de la bougie, comme dans les années 30 ou 50 ???...

Vendredi 11 :

            Férié en France, quelle chance…héhéhé au Pérou c’est grève !!!

Vu les évènements de la veille, je suis restés tranquille à Munay Wasi à la bibliothèque.

Le soir nous fêterons l’anniversaire de Constance (21 ans) et de Ernestina, la femme du gardien, qui attend son 9ème enfants (en forme les péruviens !!!).

DSC01973

Samedi 12 :

            Levé 9h.

Apparemment ça c’est calmé en ville. Je décide donc d’aller faire du réapprovisionnement avec Claire et Nico. Malheureusement tout est fermé et en plus il n’y a aucun mototaxi pour rentrer. Nous rentrerons donc à Pied. Finalement sur le chemin du retour, nous trouverons quelques tiendas ouvertes.

Le soir, ce sera soirée Poulet cuit au four à bois.

DSC00714

Dimanche 13 :

            Ca va mieux en ville car il y a une Féria (moins importante que d’habitude mais quand même).

Petite journée tranquille et calme avec un beau soleil péruvien qui chauffe bien.