Lundi 28 :

            Aujourd’hui je suis en classe des 3 ans.

Ils doivent colorier une fraise et peindre un cadre en bleu. Ensuite ils passeront un serpentin dans des trous tout autour de la feuille. Ce fut plus que laborieux car le serpentin se cassait et donc c’était tout juste infaisable. Au final c’est moi et la prof qui termineront le travail…Cool une dizaine…Quel est l’intérêt ?

L’aprèm à la bibliothèque, avec Constance, nous ferons une répétition du conte de marionnette. Seulement nous n’avions pas prévu que ma marionnette de « sapo con una gran boca » (pour les expert en espagnol : crapaud à grande bouche) ait la langue « engourdie » et qu’un croissement sorte de sa gorge… Cela nous a bien fait rire pendant un bon ¼ d’heure. Heureusement que ce n’était pas en présence des enfants. Cela dit ils auraient surement partagé notre fou rire…

DSC02098

Mardi 29 :

            Aujourd’hui je dois raconter l’histoire du « sapo con una gran boca ». Le matin, je finirai de mettre en place le décor et ferai une dernière mise au point avec Constance et Emile. Celui-ci s’occupe de mettre les sons des animaux.

A 10h30, la pression monte un poil car les enfants de l’école rentrent s’installer dans la bibliothèque dans une ambiance de jungle.

DSC02101

Après apparition du crapaud, il n’y a plus un bruit dans la pièce. Tous sont attentifs. A chaque apparition de chaque animal, les enfants interagissent avec le crapaud et lui répondent pour lui donner le nom de l’animal et ce qu’il mange. Vous auriez du les voir et surtout les entendre. A la fin, je leur demanderais de chanter avec la grenouille la chanson qu’ils ont l’habitude de chanter en classe… « el sapito verde vive en el agua…ruc tuc tuc tuc tuc…rha rha rha rha rha… ». Bon après je ne m’en souviens pas trop !!!

A la fin, un petit de 4 ans est venu m’enlacer et me dire « muchas gracias ». Ça m’a trop fait plaisir…

L’après-midi, j’ai remis ça avec les petits bouts de la « wawa wasi » où Caro est en stage. Ça a été une autre paires de manches car l’histoire à commencer avec des pleures de certains enfants. Heureusement Caro a pris les choses en mains et les a sorti de la pièce pour les réconforter. Il faut dire qu’il y avait des tout-petits.

Mercredi 30 :

            Aujourd’hui je serai en classe avec les enfants de 3 ans.

La maîtresse ne sera (une nouvelle fois) pas là. Cette fois-ci, c’est l’auxiliaire « M » qui sera chargée de faire la classe.

Je n’aime pas du tout comment elle travail (en même temps ce n’est pas sont métier et elle n’a pas de formation pour). Elle fait « à la place » des enfants et me donne tout à préparer. Je pense que ça doit lui faire plaisir de donner à quelqu’un d’autre des choses à faire. Je suis son auxiliaire, c’est ça !!!

Vers 10h30, il n’y a plus d’auxiliaire dans la classe, ni de profs dans les autres « salons ». Elles sont en train de s’organiser un petit gouter dans la cuisine. Quand le chat n’est pas là les souris dansent, comme on dit…Au passage, la mousse à la vanille, qu’elles se sont préparée, était trop bonne, lol !!!

Du coup, j’ai installé un Chamboule-tout dans le jardin pour les enfants de 3 ans qui étaient en train de courir et de s’exciter dans la classe. Comme ça ils pouvaient se défouler sur quelque chose. Ils ont bien apprécié mais préféraient reconstruire la pyramide de boites de conserve…

A la bibliothèque, j’ai collé tous les animaux du conte sur le mur du « coin » pour les petits. J’espère qu’ils ne vont pas tout arracher…

SANY0753

Le soir nous avons été fêter la « despertida » (soirée de départ) de Constance et Emile. Nous avons été manger un poulet/frites en ville. ¼ de poulet ça passe vraiment bien et ça change un peu du riz et des papas (patates) même si c’est très bon !!! Nous irons ensuite à l’Uchpa Bar boire une bière avant d’aller se coucher.

Jeudi 01 :

            Réveillé à 5h20 par Emile et Constance qui allaient prendre leur bus pour Cusco. Après un dernier « au revoir », j’irai me recouché jusqu’à 7h45. J’aurais été très content de les avoir rencontrés.

A l’école, je ferai la classe, seul, aux enfants de 5 ans. Il a fallu que je leur parle de la composition d’une famille et après ça ils devaient se dessiner ainsi que leurs parents et leurs frères et sœurs. Puis nous avons parlé du travail ménager à la maison. Je dois au final bien me débrouiller pour que la prof me laisse la classe (je me lance des fleurs là, non ?) ou alors elle se prend du temps pour aller faire un petit gouter en cuisine…

J’en ai profité pour faire la classe comme je voulais. C'est-à-dire que j’ai fais le premier travail, puis récré et enfin nous sommes rentrés à nouveau en classe pour faire l’autre feuille. Les enfants n’ont donc pas attendu 1h avant d’aller manger mais 20 min.

A la bibliothèque, je suis à présent tout seul. Je crois que je ne vais pas supporter… Enfin à voir !!! Ça ne m’étonne pas que les bibliothécaires du collège ou du lycée soient aigries…

Vendredi 02 :

            Aujourd’hui je suis en classe des 3 ans.

Une petite ne voulait pas du tout travaillé. Une fois que les autres enfants avaient tous fini et qu’ils sont sortis jouer dehors, j’ai décidé de dire à la petite que si elle commençait, je l’aiderais à finir. Seulement elle n’a pas réagit et ne travaillait toujours pas. Je lui ai donc dis plusieurs fois que si elle ne commençait pas elle irait à la porte (ce que dis la maîtresse). Toujours pas de réaction de sa part, j’ai donc mis en action ce que j’avais dit. Elle s’est mise à pleurer et à ce moment là je me suis senti très mal à l’aise vu que les maîtresses ne punissent jamais et cèdent tout aux enfants. Je lui ai donc expliqué pourquoi j’avais fait ça et que maintenant si elle voulait bien commencer son travail, elle pouvait rerentrer en classe et je l’aiderais à finir. Tout ça bien sûr sans la présence de la maîtresse. Ai-je bien fais ? Je n’en sais rien… A réfléchir…En tout cas, je préfère ça à l’acte de taper comme j’ai pu le voir quand certains enfants n’écoutaient pas !!!

Samedi 03 :

            Aujourd’hui à midi nous sommes invités chez la « mamita » de la « wawa wasi » où Caro travaille. Seulement sa maison a été inondée dans la nuit. Nous avons donc décidé de les inviter à la casa de Munay. Nous avons donc été cherchés tous les plats que la « mamita » avait préparés. Il faut dire que les péruviens préparent de la nourriture pour un régiment. Effectivement dans la maison, c’était rempli de boue.

Une fois les plats en mains, la « mama » nous dit qu’elle ne viendra pas manger avec nous et nous souhaite « un buen probecho ». Nous sommes restés sans voie. Elle s’était donné tant de mal pour au final ne pas venir avec nous. Il n’en était hors de question donc nous avons insisté et toute la famille est venu. Autour de la table, nous étions une bonne dizaine. Au menu « Lomo saltado » (patates/riz/viande). C’était un vrai régal !!! Nous offrirons le café et le thé.

Dimanche 04 :

            Grasse mat’et levé à 10h.

Aujourd’hui pas de Féria car plus besoin de provisions. J’ai trouvé un billet d’avion à 48€ pour Lima, le 15 Décembre. Je partirais donc de Munay Wasi à cette date car il n’y a pas d’avion plus tard, seul. Caro préfère partir plus tard et décide donc de prendre le bus le lundi 19. Moi ça ne me dit vraiment rien car il y a 20h de trajet et je préfère profiter du beaux temps et des plages de Lima.